L’algodystrophie: qu’est ce que c’est ?

Définition

L’algodystrophie est caractérisée par des douleurs des articulations secondaires à un traumatisme ou une intervention chirurgicale. Il s’agit d’une maladie très handicapante, car très douloureuse et difficile à soigner. Il n’y a pas de tranches d’âges spécifiques.

Ce type de pathologie survient de façon imprévisible, d’autant qu’elle peut également survenir sans raison apparente. Il semble s’agir d’un dérèglement et d’une inflammation du système nerveux sympathique ( non soumis à la volonté) qui réagit de manière disproportionné à un traumatisme.

Symptômes

L’algodystrophie se manifeste par:
– une douleur diffuse et profonde parfois à type de brûlure ou de décharge (douleur neuropathique),
– une raideur articulaire (diminution des mouvements ou impossibilité à utiliser l’articulation atteinte),
– de nombreux troubles vaso moteurs (gonflement, hyper sudation),
– des modifications cutanées (sécheresse, augmentation de la pilosité).

La diminution de ces symptômes se fait de façon progressive sur une voire deux années en particulier au membre supérieur,  ne laissant en général pas de séquelles.

L’algodystrophie évolue classiquement en deux phases :
1)   la phase chaude ou aigue :
Elle se caractérise par d’importants troubles vaso moteurs (oedeme, transpiration, gonflement), une douleur vive permanente (jour et nuit).

2)   la phase froide :
Elle correspond à la deuxième phase avec une sécheresse cutanée et une raideur articulaire plus ou moins importante et une diminution des douleurs.

Diagnostic

Le diagnostic d’algodystrophie est un diagnostic clinique dans les formes à présentation typique mais peut nécessiter des examens complémentaires dans les situations atypiques. La confirmation est alors réalisée par un examen : la scintigraphie et/ou l’IRM.
La radiographie peut montrer des signes indirects (déminéralisation pommelée).  Cependant la radiographie ne permet pas de poser le diagnostic ou de le l’éliminer.

Traitement

Le seul traitement préventif connu actuellement est une cure en vitamine C qui à fait la preuve de son efficacité pour diminuer la survenu et la durée de la maladie.

Le traitement de l’algodystrophie nécessite une collaboration importante entre le patient, le médecin et le kinésithérapeute.

La kinésithérapie doit toujours mobiliser au maximum les articulations afin de lutter contre l’enraidissement. Elle comporte les éléments suivants: mobilisation des articulations, drainage, pressothérapie, thermothérapie (bain écossais), électrothérapie (TENS), ergothérapie.

Le traitement est symptomatique adaptée au malade et à ses manifestations:

– Les antalgiques permettent de diminuer la douleur, la gamme est large du paracétamol jusqu’a la morphine dans certains cas.
– Les traitements antidépresseurs et anxiolytiques ont une efficacité sur les douleurs nerveuses périphériques en plus de leurs effets sur le comportement.
-La corticothérapie.
-Les infiltrations d’analgésiques ou de cortisone dans le système lymphatique.

Evolution

Elle ne laisse généralement aucune séquelle sauf quand elle a durée plus deux ans. Dans ce cas on retrouve une raideur articulaire et une faiblesse musculaire avec des douleurs plus ou moins importantes. Le suivi des patients permet d’éviter les importantes retombées psychologiques ( dépression) et sociales de cette pathologie(arrêt de travail)  qui entraine un handicap sur une durée importante.

Liens

Association Française des Malades Atteints du Syndrome d’Algoneurodystrophie: www.afmasa.com