La Main - Articulation inter phalangienne proximale

FourmillementPoulies digitalesAponévrose palmaireHamatumCanal de guyonCanal carpienRadius distalLigament latérale interneArticulation inter-phalangienneArticulation trapezo-métacarpienneScaphoïdePremière coulisse des extenseursUnguéalArticulation inter phalangienne distaleArticulation inter phalangienne proximaleArticulation métacarpo phalangienneArticulation médio-carpienneArticulation radio-carpienneLigament triangulaireRadius distalArticulation radio ulnaire distale

Entorse IPP

Entorse de l'IPP
(Inter Phalangienne Proximale)

Mots clés :

« Retournement » du doigt,
Gonflement, douleur, raideur du doigt (impossibilité de bouger le doigt)
Accident de jeu de balle (hand, basket, rugby…)

Symptômes :

Le plus souvent le traumatisme est connu avec une douleur très vive. Il s’agit le plus souvent l’une « torsion » par blocage du doigt ou d’un « retournement » du doigt lors d’un accident sportif (choc direct dans les sports de balles). En plusieurs minutes le doigt gonfle est tout mouvement devient très douloureux voir impossible. Dans les cas extrêmes il peut exister une luxation (déformation majeure avec perte de contact des articulations) du doigt nécessitant une prise en charge urgente car les artères et les nerfs peuvent souffrir.

Pathologie :

Il s'agit dune entorse inter phalangienne proximale. Elle est trés fréquente dans les jeux de balle (hand, basket, rugby).
Une radiographie est nécessaire pour éliminer une fracture ou une luxation associée à l'entorse.IPPdors La radiographie peut également montrer des « arrachements osseux » signant l’entorse. 

IPPEN

La présence d’un arrachement est un facteur de bon pronostic, si lors de la réduction le fragment retrouve ça place, car la consolidation osseuse est meilleure que la cicatrisation ligamentaire.IPPLUX

Il existe deux types d'entorses les bénignes et les sévères.

Entorse bénigne :
Il n’y a pas de rupture des ligament mais une élongation.
L'articulation est stable, il n'y a pas de phénomène d'instabilité.

Entorse grave :
Il existe une rupture ligamentaire, cela entraine une instabilité articulaire. L'axe mécanique de l'articulation n'est plus maintenu et la fonction de cette dernière est compromise. Il est alors souvent nécessaire de faire une réparation chirurgicale afin de recentrer correctement cette articulation, qui est la clé de voute de la fonction du doigt.

Traitement :

Entorses bénignes:
Le traitement consiste en une immobilisation en rectitude pour 10 jours afin de diminuer l'œdème du doigt. Puis, une mobilisation est réalisée avec un strapping maintenant le doigt lésé à un des doigts concomitants (syndactylie) pour 3 semaines.
La reprise des activités sans protection est possible à 6 semaines. Mais l'articulation reste toujours plus grosse qu'avant le traumatisme et plus sensible au froid. Ces phénomènes diminuent sans disparaître au cours de la première année suivant le traumatisme, mais reste stable au delà.IPPATT

Entorses graves:
Soit cette réparation est faite précocement (<3 semaines), une réinsertion directe du ligament ou de l’arrachement osseux est possible.
Soit elle est réalisée à distance du traumatisme et une reconstruction du ligament est nécessaire, car les tissus sont trop rétractés. Les résultats chirurgicaux sont alors nettement moins bons. Une orthèse de protection est mis en place pour 6 semaines, le délai de reprise des activités est compris entre 2 et 3 mois.

Au long court le risque d’une entorse négligée est le développement d’une arthrose digitale (destruction du cartilage de l’articulation) associant raideur, gonflement, déformation et douleur. La conséquence est l’impossibilité d’utiliser le doigt en totalité avec un handicap majeur.

Arthrose IPP

Arthrose IPP
(Inter Phalangienne Proximale)

Mots clés :

Déformation, déviation et gonflement inesthétique de l’articulation centrale du doigt.
Douleur de l’articulation, perte de mobilité du doigt.
Perte de force et de fonction de la main.

Symptômes :

Les premiers signes à apparaître sont un gonflement et des douleurs de doigts pouvant évolués par crises douloureuses aiguës. Petit à petit ces gonflements transitoires deviennent permanents avec un déformation ou une déviation du doigt. Une difficulté croissante de plier le doigt en totalité s’installe, de manière concomitant à une force diminue.AoIPPCl

Pathologie :

Il s’agit dune arthrose inter-phalangienne proximale, beaucoup plus rare qu’au niveau de l’articulation inter-phalangienne distale. Il s’agit de l’usure du cartilage entre la première et la deuxième phalange. Cette usure peut être favorisé par les activités ou un antécédent de traumatisme. L’atteinte est le plus souvent localisée à un seul doigt sauf dans les cas de polyarthrose digitale ou de polyarthrite rhumatoïde.

Les radiographies classiques suffisent à compléter le bilan, elles retrouvent une diminution de l’espace articulaire, une perte de l’axe du doigt et une altération des contours osseux.AoIPP

Traitement :

Le traitement est tout d'abord médical avec des orthèses de repos lors des poussées douloureuses associant un traitement antalgique et anti-inflammatoire.
Lorsque le traitement médical n'est pas suffisant ou la déformation invalidante esthétiquement ou fonctionnellement, des solutions chirurgicales sont possibles.

L'indication esthétique:
L’émondage (rabotage) des nodosités permet de diminuer le volume des formations péri-articulaires. La mobilité et la douleur ne sont pas améliorées. Cette intervention est parfois réalisée sous arthroscopie. Les suites sont rapides, mais la récidive est possible.

Les indications fonctionnelles:
Si l'articulation est encore mobile et seulement douloureuse, une intervention peut permettre de conserver la mobilité existante et de diminuer les douleurs périphériques. Il s'agit d'une dénervation spécifique de l'articulation. Le chirurgien effectue la section des petits filets nerveux envoyant le message douloureux de l'articulation vers le cerveau. Le chirurgien respecte les fibres donnant la sensibilité des doigts. C'est une intervention réalisée en ambulatoire. Le résultat s'installe en 2 à 3 mois, le soulagement obtenu se maintient sur des périodes variables allant de 1 an à 8/10 ans.

 En cas de raideur ou de désaxation,
Un remplacement de l’articulation est nécessaire par une prothèse. Plusieurs types de prothèse existe en fonction de la lésion osseuse et de la demande fonctionnelle des patient. Après ces interventions, il est recommandé d'économiser la main afin de limiter l'usure de ces prothèses.