La Main - Ligament latéral interne

FourmillementPoulies digitalesAponévrose palmaireHamatumCanal de guyonCanal carpienRadius distalLigament latérale interneArticulation inter-phalangienneArticulation trapezo-métacarpienneScaphoïdePremière coulisse des extenseursUnguéalArticulation inter phalangienne distaleArticulation inter phalangienne proximaleArticulation métacarpo phalangienneArticulation médio-carpienneArticulation radio-carpienneLigament triangulaireRadius distalArticulation radio ulnaire distale

Entorse du pouce

Mots clés :

Accident de ski ou de rugby, douleur du pouce, perte de force du pouce

Symptômes :

Souvent le traumatisme initial est connu (traumatisme à ski ou au rugby), avec un mécanisme de torsion du pouce pouvant aller jusqu’à la luxation ou fracture. La douleur est vive lors du traumatisme et perdure avec une impossibilité de saisir des objets entre le pouce et l’index. Après quelques heures un hématome peut apparaître sur la zone.LLIRX

Pathologie :

Il s'agit d'une entorse de l'articulation métacarpo-phalangienne du pouce, le versant ulnaire (le côté regardant les autres doigts) est le plus souvent atteint.

Une radiographie simple recherche la présence d'une fracture associée à la lésion ligamentaire. S'il n'existe pas de fracture, une échographie est nécessaire afin de déterminer si le ligament a reculé en arrière du tendon terminal du muscle court abducteur (« expansion de l’abducteur »). S'il existe une rétraction (effet Stener), l'indication chirurgicale est formelle, car le ligament ne pourra cicatriser correctement et le pouce restera instable.
La réalisation de tests sur l'articulation du pouce peut permettre de rechercher l'importance de la lésion ligamentaire.LLITESTING

Vidéo de l'examen clinique du pouce

On distingue les entorses bénignes des entorses graves. Dans les entorses bénignes il n'y pas de rupture ligamentaire. L'articulation est stable, il n'y a pas de phénomène d'instabilité.

Dans les entorses graves, il existe une rupture ligamentaire, qui entraine une instabilité articulaire. L'axe mécanique de l'articulation n'est plus maintenu et la fonction de cette dernière est compromise. Il est alors souvent nécessaire de faire une réparation chirurgicale afin de recentrer correctement cette articulation et d'éviter l'interposition de tissus qui empêcherait une cicatrisation normale (effet steiner).

Traitement :

Les entorses bénignes sont traitées par une immobilisation du pouce pour 6 semaines, ce qui correspond au délai de cicatrisation du ligament. La reprise des activités sportives est ensuite possible de manière progressive sur 3 semaines.

Une réparation chirurgicale ligamentaire est nécessaire en cas d'entorse grave, car sinon une instabilité du doigt va s'installer, entrainant à long terme une arthrose au niveau de cette articulation. Il s'agit de repositionner le ligament sur la zone où il a été arraché.
Une immobilisation est nécessaire comme pour les entorses bénignes.

Si le traitement est retardé (2 à 3 mois) et qu'une instabilité chronique existe, le ligament n'est plus réparable directement.
S'il n'y a pas d'arthrose, une chirurgie est réalisée afin de reconstruire le ligament (ligamentoplastie). Les suites de l'opération sont identiques, une immobilisation de 6 semaines est nécessaire.
Si une arthrose est présente, la seule solution pour retrouver de la force est le blocage de l'articulation (arthrodèse). Une immobilisation est nécessaire pour 4 à 6 semaines également.