La Main - Radius distal

FourmillementPoulies digitalesAponévrose palmaireHamatumCanal de guyonCanal carpienRadius distalLigament latérale interneArticulation inter-phalangienneArticulation trapezo-métacarpienneScaphoïdePremière coulisse des extenseursUnguéalArticulation inter phalangienne distaleArticulation inter phalangienne proximaleArticulation métacarpo phalangienneArticulation médio-carpienneArticulation radio-carpienneLigament triangulaireRadius distalArticulation radio ulnaire distale

Fracture du poignet (radius distal)

Mots clés :

Chute sur la paume de la main, déformation et douleur du poignet

Symptômes :

La fracture du poignet est fréquente après une chute plus ou moins importante sur la paume de la main. Les manifestations cliniques sont : l’apparition d’une douleur importante associé ou non à une déformation du poignet. Un hématome apparait souvent après quelques minutes. L’apparition progressive de « fourmis », « picotements », « anesthésie » ou perte de sensibilité des doigts sont des facteurs de gravité traduisant la compression des nerfs sur le poignet (nerf médian et nerf ulnaire).Radisuclinique

Pathologie :

Chez les patients âgés, cette fracture survient à la suite d'une chute parfois anodine. La fracture est plus ou moins complexe selon que le patient est atteint ou non d'ostéoporose (cf chap ostéoporose). Plus l'ostéoporose est sévère, plus la résistance de l'os au traumatisme diminue, entrainant des lésions plus importantes.

Chez les sujets jeunes, cette fracture survient après un traumatisme violent (chute en sport, accident de la voie publique). La fracture est souvent complexe (plusieurs fragments et atteinte articulaire).

Une radiographie du poignet de face et de profil est nécessaire pour faire un premier bilan.

RadiusRX

Dans le cadre de fractures complexes chez les patients de moins de 70 ans, un scanner est souvent nécessaire afin de mieux visualiser les différents fragments et de définir le traitement le plus adéquat.

On distingue deux grands cadres
1) fracture non déplacée:
Si la fracture est non ou peu déplacée, c'est à dire que l'anatomie normale du radius distal est conservée.
Un traitement orthopédique (non chirurgical) est mis en place.

 2) fracture déplacée:
- Patient de plus de 75 ans
il n'existe pas pour l'instant la preuve que le traitement chirurgical soit plus performant en termes de résultats fonctionnels que le traitement orthopédique par simple immobilisation, quelque soit le type de fracture du radius (complexe ou non). Il existera une persistance de la déformation sur le bord interne du poignet, mais elle n'affectera que peu la mobilité et sera souvent peu douloureuse.

 - Patient de moins de 75 ans
une prise en charge chirurgicale est souvent nécessaire afin de rétablir l’anatomie et de fixer la fracture pour obtenir une consolidation
Le type de fixation (ostéosynthèse) sera déterminé en fonction du type précis de fracture.

Traitement :

1) fracture non déplacée:
S'il s'agit d'une fracture isolée du radius, une immobilisation du poignet est mis en place pour 6 semaines. Des contrôles radiographiques sont effectués afin de vérifier l'absence de déplacement des structures osseuses qui pourrait amener à un traitement chirurgical.
Une rééducation est ensuite mise en place. Le délais de récupération moyen des mobilités et de la force est de 3 et 6 mois.

Si une fracture de l'ulna (cubitus) est associée à la fracture du radius, une immobilisation bloquant le coude sera mise en place (BABP) pour 6 semaines. Le suivi est identique mais le délais de récupération moyen des mobilités et de la force sera plus long de 6 à 9 mois. Les mouvements de rotation du poignet sont plus difficiles à retrouver que s'il s'agit d'une fracture du radius isolé.

Cas particulier : chez des patients dépendants, c'est à dire des patients utilisant des cannes ou des déambulateurs pour se déplacer. Une immobilisation du poignet entraine une mise au fauteuil pour la durée de l'immobilisation, avec le risque de complications liées à la perte de mobilité du patient.
A ce moment, un traitement chirurgical (plaque antérieure verrouillé) peut être proposé car il limite la perte d’autonomie et ses conséquences (dépendance, grabatisation, décompensation des maladies antérieures…)

2) fracture déplacée:
Il existe de nombreux moyens de fixation des fractures du poignet: broches, fixateurs externes, plaque… Le traitement qui permet la convalescence la plus courte actuellement est la mise place d’une plaque verrouillée par voie palmaire. Ces plaques permettent une reprise des activités précoces, vers 3 semaines pour les travailleurs de "bureau" et entre 5 et 6 semaines pour les travailleurs de "force".
La récupération se poursuit pendant 6 à 9 mois, puis le résultat obtenu se modifie peu au delà de cette date.RadiusFr

Si la fracture est articulaire la chirurgien peut utiliser une technique arthroscopique (caméra dans le poignet) pour rétablir au mieux l’anatomie du poignet.